Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Ouvrage (y compris édition critique et traduction)

Le Contrôle du ballon. Les catholiques, les communistes et le football en Italie, de 1943 au tournant des années 1980

Résumé : L’ouvrage tente d’expliquer comment et pourquoi le football est devenu, entre les années 1940 et les années 1970, un phénomène culturel central dans la société italienne. À partir d’un exemple littéraire qui a connu un succès planétaire, celui du combat épique entre la Gaillarde de don Camillo et la Dynamo de Peppone, est formulée l’hypothèse suivante. Dans l’après-guerre, le football serait devenu le sport national par excellence parce qu’il a constitué un lieu essentiel de la manifestation du politique dans la péninsule. Le travail aboutit à une conclusion : ce sport a bien constitué l’un des lieux les plus spectaculaires de l’affrontement entre catholiques et démocrates-chrétiens d’une part, gauche communiste et socialiste d’autre part. Dans la tradition d’une histoire sociale du politique, l’attention se porte sur les différents acteurs de cette lutte, qu’on pense aux masses de pratiquants et de supporters, ou encore aux élites, par le biais d’une étude prosopographique. Élites ecclésiastiques, tout d’abord – Pie XII était ainsi surnommé le Pape des sportifs ; élites laïques, ensuite : à l’image par exemple d’Enrico Berlinguer, alors jeune secrétaire général des jeunesses communistes vers 1950 et de Giulio Andreotti, sept fois président du Conseil, qui commença sa carrière politique comme sous-secrétaire d’État, en charge, entre autres, du sport. Giulio Andreotti, l’« inoxydable », qui a déclaré avoir professé, au cours de son existence, une double foi : Dieu et la Roma. Le livre éclaire ainsi les stratégies d’encadrement, d’enracinement social et de fabrication du consensus des deux principaux mouvements politiques italiens de l’après-guerre. Si les catholiques l’ont emporté, sur ce terrain comme sur bien d’autres, c’est parce qu’ils pouvaient s’appuyer sur une organisation générale plus structurée, matériellement et culturellement. La pratique de masse du football en Italie est ainsi profondément marquée par le projet catholique : il s’agit d’une imprégnation religieuse (la messe avant le match), morale (l’exaltation des vertus du collectif), sociale (l’interclassisme) et politique dans le cadre du mouvement catholique au sens large et du parti démocrate-chrétien pour les plus militants. Le politique a également contribué à modeler une culture de masse du football en plein essor et à construire, par ce biais, de nouvelles identités urbaines. La recherche met donc en œuvre une histoire politique qui se veut globale, articulant étroitement les dimensions religieuses, urbaines, sociales et culturelles. Au bout du compte, le football éclaire l’articulation étroite et singulière qui s’opère en Italie entre culture de masse et culture politique.
Type de document :
Ouvrage (y compris édition critique et traduction)
Liste complète des métadonnées

https://hal-unilim.archives-ouvertes.fr/hal-00730501
Contributeur : Claire Douady <>
Soumis le : lundi 10 septembre 2012 - 14:34:10
Dernière modification le : mercredi 5 septembre 2018 - 13:30:08

Identifiants

  • HAL Id : hal-00730501, version 1

Collections

Citation

Fabien Archambault. Le Contrôle du ballon. Les catholiques, les communistes et le football en Italie, de 1943 au tournant des années 1980. École française de Rome, 655 p., 2012, Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome, 978-2-7283-0929-0. ⟨hal-00730501⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

451