Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

La famille invisible. Illégitimité des naissances et construction des liens familiaux en Martinique (XVIIe siècle - début du XIXe siècle)

Résumé : Dans les sociétés coloniales fragmentées des Antilles de la période esclavagiste, les obstacles à la constitution de familles stables sont nombreux. Les différences de statut, le manque de fluidité du marché matrimonial, et la redéfinition profonde des rapports de genre sont autant de phénomènes articulés qui remettent en cause le mariage comme élément unique d'organisation de la famille et de structuration des relations de parenté. Si le modèle conjugal reconnu par les autorités reste la norme obligée pour les femmes blanches créoles, il n'en est pas de même pour leurs maris et pour les populations de couleur libre ou esclave. Aussi, l'essor du concubinage et des relations adultérines, dénoncé en particulier par les autorités religieuses, se concrétise par une illégitimité des naissances élevée et en croissance continue. Les liens familiaux se construisent ainsi en partie en dehors du contrôle institutionnel, ce qui leur confère une invisibilité dans les sources, mais aussi une souplesse certaine, particulièrement chez les esclaves.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-unilim.archives-ouvertes.fr/hal-00753581
Contributeur : Vincent Cousseau <>
Soumis le : lundi 19 novembre 2012 - 14:24:15
Dernière modification le : lundi 26 août 2019 - 13:34:16

Identifiants

  • HAL Id : hal-00753581, version 1

Citation

Vincent Cousseau. La famille invisible. Illégitimité des naissances et construction des liens familiaux en Martinique (XVIIe siècle - début du XIXe siècle). Annales de démographie historique, Belin, 2011, pp.44-67. ⟨hal-00753581⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

363