Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Communication dans un congrès

" La modestie de Bräker dans Le pauvre homme du Toggenbourg, entre feinte et sincérité " : " D'un univers à l'autre: La culture populaire dans le regard des autobiographes allemands du XVIIIe siècle "

Résumé : Dans son Pauvre homme du Toggenbourg, Bräker affiche ses origines populaires, et témoigne d'une volonté constante de se montrer modeste. Il souligne que ses ancêtres ont toujours été pauvre, il évoque ses activités de gardeur de chèvres dans son enfance, puis les difficultés matérielles qui ont toujours jalonné sa vie, même encore à l'âge adulte, lorsqu'il est marié et père de famille, car comme devenu artisan, il se trouve confronté en permanence à l'obsession de payer ses dettes. En outre, sa modestie se marque non seulement dans la peinture d'un quotidien précaire d'homme du peuple, mais aussi dans l'évocation de sa propre personnalité et de son caractère. Il ne se fait pas meilleur qu'il n'est. Il dit posséder un caractère instable, fuyant et chimérique. Il se traite de "vieux fou". Même son talent littéraire se voit l'objet d'une dévaluation de sa part. Il traite ses écrits de " gribouillages ", de " charabia ", avoue ignorer l'orthographe... En définitive, tant de modestie devient suspecte. On peut se demander s'il ne s'agit pas d'un parti pris, d'une pose, d'une tentative de capatatio benevolentiae du public. Au fond, et paradoxalement, elle serait alors le reflet d'un grand orgueil, du désir de donner une image positive de soi de façon à se faire apprécier et encenser. Assurément, ce n'est pas la seule explication possible. On peut discerner dans cette tendance l'influence du piétisme qui préconise l'examen de conscience, l'auto-analyse. Et surtout, on peut se demander si cette modestie n'est pas la conséquence d'une contradiction inhérente à l'écriture autobiographique, qui implique un certain égocentrisme et orgueil. Pour échapper à un tel reproche, l'écrivain se voit donc contraint de donner des gages de sa simplicité et de son humilité. A cela s'ajoute pour Bräker une difficulté spécifique. Homme du peuple, il a l'impression de trahir sa classe sociale en écrivant, et en devenant un intellectuel. Pour se faire " pardonner " cette infidélité, qui, de fait, lui est reprochée par sa femme et son entourage, il rabaisse donc son talent, et affirme hautement son origine populaire.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

https://hal-unilim.archives-ouvertes.fr/hal-00760441
Contributeur : Aline Le Berre <>
Soumis le : lundi 3 décembre 2012 - 22:31:57
Dernière modification le : mercredi 28 février 2018 - 17:06:03

Identifiants

  • HAL Id : hal-00760441, version 1

Collections

Citation

Aline Le Berre. " La modestie de Bräker dans Le pauvre homme du Toggenbourg, entre feinte et sincérité " : " D'un univers à l'autre: La culture populaire dans le regard des autobiographes allemands du XVIIIe siècle ". " La modestie de Bräker dans Le pauvre homme du Toggenbourg, entre feinte et sincérité ", Feb 2012, Lyon, France. ⟨hal-00760441⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

272