Andreas Gryphius, lecteur critique du premier Corneille

Résumé : L'œuvre dramatique d'Andreas Gryphius témoigne de la réception précoce de Corneille en Allemagne dès le milieu du XVIIe siècle. Tandis que le Silésien fait allusion au Polyeucte dans la Préface de son premier drame, il cite dans sa comédie Horribilicribrifax la trilogie des tragédies maîtresses du Français et s'y inspire également d'une scène de l'Illusion comique. L'étude analysera la portée de ces références intertextuelles et s'interrogera sur la prégnance et l'infléchissement de modèles communs d'écriture et de pensée : la tragoedia sacra et la comédie de fanfarons, la théologie politique et la pensée typologique médiévales. L'enjeu de cette première réception critique de Corneille réside moins dans l'opposition des confessions que dans le souci de Gryphius de se mesurer esthétiquement avec son prédécesseur afin de créer un théâtre littéraire d'expression allemande.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Liste complète des métadonnées

https://hal-unilim.archives-ouvertes.fr/hal-00829310
Contributeur : Florent Gabaude <>
Soumis le : lundi 3 juin 2013 - 10:01:40
Dernière modification le : mardi 17 avril 2018 - 23:26:02

Identifiants

  • HAL Id : hal-00829310, version 1

Collections

Citation

Florent Gabaude. Andreas Gryphius, lecteur critique du premier Corneille. Valentin Jean-Marie. Pierre Corneille et l'Allemagne. L'œuvre dramatique de Pierre Corneille dans le monde germanique (XVIIe-XIXe siècles), Desjonquères, pp.134-152, 2007. ⟨hal-00829310⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

97