Ce que la grammaire argumentative peut apporter à la perspective actionnelle

Résumé : La diffusion du CECR a sans nul doute eu un impact sur les pratiques de l'enseignement des langues. Le choix méthodologique d'une approche actionnelle a reconfiguré les problématiques relatives à la forme et aux finalités des enseignements grammaticaux. Dans cette perspective, l'apprenant est appréhendé comme un acteur social ayant des tâches à réaliser : la structure de la langue n'est donc plus étudiée en elle-même, mais seulement pour favoriser la réalisation d'actions langagières et non langagières. La grammaire "traditionnelle" (normative) peinerait donc à s'imposer dès lors que l'on adopte une démarche actionnelle. Pourtant, l'appréhension du contexte dans lequel les composants syntaxiques peuvent être utilisés favorise le développement de la compétence grammaticale. En appréhendant une variété de contextes dans lesquels les connecteurs logiques peuvent être utilisés, on constate en effet que l'apprenant peut mettre en saillance les contraintes pragmatiques que leur emploi impose au discours, mais aussi déterminer quand une relation synonymique est possible et quand elle ne l'est plus. On est, de ce fait, fondé à penser qu'une approche argumentative de la langue (vs. descriptiviste) permet de concilier l'enseignement de la grammaire avec la démarche actionnelle préconisée par le CECR.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

https://hal-unilim.archives-ouvertes.fr/hal-00921949
Contributeur : Sophie Anquetil <>
Soumis le : dimanche 22 décembre 2013 - 23:28:00
Dernière modification le : mercredi 28 février 2018 - 17:06:02

Identifiants

  • HAL Id : hal-00921949, version 1

Collections

Citation

Sophie Anquetil. Ce que la grammaire argumentative peut apporter à la perspective actionnelle. Congrès Ranaclès, Nov 2011, Rennes, France. ⟨hal-00921949⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

153