Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Aleph ou la parole des origines

Résumé : Aleph pose la question de l'origine à travers un mouvement d'éloignement, il représente le singulier et le général sans pour autant dépasser - au sens hégélien (aufheben) - cette opposition. Au seuil de la première modernité, l'importance de la Kabbale et ainsi de cette lettre a été soulignée par Pico della Mirandolla, dans le sillon de Dante. Partant de quelques poèmes de Benjamin Fondane, la présente contribution cherche à montrer les significations de cette lettre pour la pensée moderne; elle cite des auteurs comme Borges, Vigée et Jabès - en s'appuyant sur Gershom Scholem, Jacques Derrida, Ernst Bloch et Jürgenn Habermas. On renoue ici avec plusieurs travaux antérieurs: "Von Dante zu Derrida. Kabbala und Literaturtheorie" (2009), "Das überboterne Mittelalter" (2010), "Baudelaire ou Aleph?" (2012), "Considérations sur Aleph" (2013). Les réferences se trouvent sur HAL.
Liste complète des métadonnées

https://hal-unilim.archives-ouvertes.fr/hal-00947478
Contributeur : Till Kuhnle <>
Soumis le : dimanche 16 février 2014 - 13:14:14
Dernière modification le : mercredi 28 février 2018 - 17:06:03

Identifiants

  • HAL Id : hal-00947478, version 1

Collections

Citation

Till Kuhnle. Aleph ou la parole des origines. Cahiers Benjamin Fondane, 2014, 17, pp.103-114. ⟨hal-00947478⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

245