P211 Étude du statut en vitamine D et de l’état nutritionnel de patients épileptiques pharmaco ou non pharmaco résistants

Résumé : Introduction et but de l’étude. – En France, environ 500 000 personnes sont atteintes d’épilepsie. La vitamine D (Vit D) agit sur de multiples récepteurs cérébraux et pourrait être impliquée dans certaines épilepsies. Le statut en vit D et une altération nutritionnelle pourraient jouer un rôle dans la réponse aux traitements. Les buts de l’étude sont d’analyser le statut en vit D et l’état nutritionnel de patients épileptiques, en relation avec leur pharmaco sensibilité Matériel et méthodes. – Quarante-six patients épileptiques avec ou sans pharmaco-résistance (2 ans sans crises comitiales) bénéficiaient après consentement d’une évaluation nutritionnelle. Le poids, la taille, le tour de taille, le pli cutané tricipital (PCT), le périmètre brachial, la masse grasse (MG) et la masse maigre (MM) par impédancemétrie étaient mesurés. L’IMC était calculé. Le dosage de vit D sérique était réalisé avant supplémentation. L’analyse statistique utilisait le test t de Student, le Chi2 et l’Anova, avec un seuil de significativité de p < 0,05. Résultats. – Les patients étaient âgés de 44,5 ± 14,3 ans (moyenne ± écart-type), avec un sex-ratio H/F à 1,3. 60,9 % des patients étaient pharmacorésistants, dont plus souvent des femmes (57,1 % vs 42,9 % ; p = 0,02). L’IMC était de 28,7 ± 7,0 kg/m2, avec selon ce critère 2,2 % de dénutris et 30,4 % d’obèses. La concentration sérique en vit D était de 15,3 ± 9,9 ng/mL avec 87 % de patients carencés (carence si < 30 ng/mL), et 40 % sévèrement carencés (< 10 ng/mL). Le PCT était plus élevé chez les pharmacorésistants (28,6 ± 10,2 mm vs 21,2 ± 11,3 mm ; p = 0,03). Il n’y avait pas de liaison entre pharmaco-résistance et état nutritionnel, MM, MG et concentration en vit D. La présence d’un traitement inducteur enzymatique (47,8 % des cas) n’était pas corrélée avec une carence en vit D, ni avec la sévérité de celle-ci. Conclusion. – Bien que limitée en nombre de patients, l’étude est la première qui porte sur le statut en vit D d’épileptiques en zone occidentale. Elle montre que la carence est plus fréquente qu’en population générale (87 % vs 80 %), avec une prévalence de carence très sévère beaucoup plus élevée (40 % vs 4,8 %) (1). Les patients sont rarement dénutris mais souvent obèses (prévalence de l’obésité en France 15,0 % étude ObEpi 2012), probablement du fait d’effets secondaires de certains traitements anti-épileptiques. Comme l’état nutritionnel, la carence en vit D ne jouerait pas sur la pharmaco-sensibilité.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

https://hal-unilim.archives-ouvertes.fr/hal-01112685
Contributeur : Elisabeth Grelier <>
Soumis le : mardi 3 février 2015 - 14:42:22
Dernière modification le : vendredi 8 juin 2018 - 10:34:49

Identifiants

Collections

Citation

Pierre Jésus, B. Godet, L. Pouchard, P. Fayemendy, F. Abdallah-Lebeau, et al.. P211 Étude du statut en vitamine D et de l’état nutritionnel de patients épileptiques pharmaco ou non pharmaco résistants. 11ème Journées Francophones de Nutrition, Dec 2013, Bordeaux, France. pp.S160, ⟨10.1016/S0985-0562(13)70542-9⟩. ⟨hal-01112685⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

117