La grande "invention" de l'écriture et le rapport à l'image : un mariage de raison entre pictural et scriptural ?

Abstract : Nous avons appris de Saussure que les signes d’écriture sont arbitraires et que la valeur des lettres est purement négative et différentielle ; par ailleurs, les valeurs de l’écriture n’agissent que par leur opposition réciproque au sein d’un système défini, le moyen de production du signe est totalement indifférent, car il n’intéresse pas le système ; et enfin, l’écriture n’est qu’un code secondaire destiné à transcrire la parole. Donc, ce qui domine, c’est un principe d’économie, de neutralité et de transparence. Cette vision phonocentriste de l’écriture est héritée des Grecs, mais c’est Warburton qui l’a modélisée en termes d’ « évolution ». Il a construit une théorie du progrès de l’écriture, fondée principalement sur l’observation des formes, mettant ainsi en place une histoire/typologie de l’écriture : par une gradation simple, l’histoire générale de l’écriture va « depuis l’état de la peinture jusqu’à l’état de la lettre », l’Egypte étant l’unique cas où cette théorie reçoive une illustration intégrale. C’est le classement bien connu, devenu traditionnel, en écriture pictographique, idéographique, phonétique, elle-même subdivisée en syllabique et alphabétique. Ce modèle traditionnel construit se heurte à un autre point de vue : quelle que soit l’époque ou la culture, nous constatons que toutes sortes de manipulations sont à l’œuvre qui abolissent l’économie et la neutralité du signe pour mettre au jour une dimension iconique, métamorphosant celui-ci pour doubler, accompagner une signification linguistique d’une signification non-linguistique. Je travaillerai sur des exemples choisis dans différentes époques et différentes civilisationset portant sur différents types d’écritures (non-alphabétiques et non alphabétique) : pourquoi les Hittites du second millénaire avant J.-C. qui possédaient une écriture (l’écriture cunéiforme) ont-ils inventé une écriture hiéroglyphique ? Pourquoi les Egyptiens n’ont-ils jamais fait « évoluer » leur écriture hiéroglyphique – pourtant lourde et complexe – vers l’alphabet, alors que le système égyptien contenaient potentiellement la possibilité d’un alphabet ? D’autres cas, plus proches de nous, seront étudiés.
Type de document :
Communication dans un congrès
L'image, Jun 2016, Rennes, France
Liste complète des métadonnées

https://hal-unilim.archives-ouvertes.fr/hal-01337866
Contributeur : Isabelle Klock-Fontanille <>
Soumis le : lundi 27 juin 2016 - 15:38:43
Dernière modification le : mercredi 28 février 2018 - 17:06:03

Identifiants

  • HAL Id : hal-01337866, version 1

Collections

Citation

Isabelle Klock-Fontanille. La grande "invention" de l'écriture et le rapport à l'image : un mariage de raison entre pictural et scriptural ?. L'image, Jun 2016, Rennes, France. 〈hal-01337866〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

60