. Arch and . Dép, 1167 : acte d'augmentation de la fondation de Saint-Jean-Baptiste de Montrésor, édité dans J. NOBLET, op. cit. (notre note 18), document 9, 20 J. NOBLET, op. cit. (notre note 18), note 96 p. 156. N. ORME remarque aussi cette propension à ajouter dans une titulature ancienne des saints plus à la mode, voir N. ORME, op. cit. (notre note 6), pp.245-247

L. Et-gallia-christiana, É. Delisle, and . Berger, Un siècle plus tard, Henri II, roi d'Angleterre, confirme la donation au chapitre de tout ce que lui a apporté le comte de Poitiers ; les titulaires sont toujours la Vierge, Victor et Couronne, ibid., appendice XVI Recueil des actes de Henri II, roi d'Angleterre et duc de Normandie concernant les provinces françaises et les affaires de France, Paris, t. I, 1916, acte n°CCCLXXXIX, nomine Dei omnipotentis sanctaeque Mariae Dei genitricis et in honore sanctorum martyrum Victoris et Coronae col. 78 205. L'église était déjà dédiée aux deux saints en 775, quand Charlemagne en fit don à l'abbaye de Saint-Denis : acte édité dans MGH Charte Artem/CMJS n°2942 » [En ligne, pp.429-430, 1754.

. Il-semble-qu, une première chapelle ou cellula ait été dédiée à saint Pierre En 937, alors que les reliques de Merry ont été transférées dans un nouvel édifice vers la fin du IX e siècle, Louis IV évoque le patrimoine de l'ecclesia sancti Petri et pretiossimi confessoris Christi Mederici, Acte édité dans Gallia

R. De and L. , Cartulaire général de Paris ou recueil de documents relatifs à l'histoire et à la topographie de Paris, Paris, 1887, t. I, n°63 p. 86. 32 quoddam altare in honore sancti Petri et sancti Mederici dedicatum : acte daté d'environ 1005 par lequel l'évêque de Paris donne l

B. Guérard, P. R. De, L. , O. L. Cit, C. Cadier et al., Date de mise à jour : 29/03 (notre note 23), t. I, p. 165. En 1219 déjà, deux fêtes majeures à Saint-Merry sont la Saint-Pierre-et-Paul et la Saint-Léonard, voir, Chartes originales antérieures à 1121 conservées en France, op. cit. (notre note 15), « Charte Artem/CMJS n°2062 » [En ligne, pp.317-318, 1850.

J. Acte-de-fondation-Édité-dans and . Bourassé, « Notice historique et archéologique sur l'ancienne collégiale de Bueil, Mémoires de la Société archéologique de Touraine, t. VII, 1855, pp.183-250

. Comprenne-bien-pourquoi, se dégage l'impression d'une très grande liberté d'association de la part des fondateurs, et pas seulement des cadres de la hiérarchie ecclésiastique qui confisquent pourtant la promotion sur les autels à partir du XII e siècle Contrairement à ce que l'on pourrait supposer a priori, la dévotion manifestée par l'attribution d'une église à un ou plusieurs saints a plus à voir avec la prière des litanies qu'avec le culte des reliques et elle convoque ceux-ci plutôt pour leur vertu de protection que comme modèle 35 . Les saints que l'on invoque en disant le nom d'une église sont d'abord des intercesseurs, et les logiques qui sous-tendent leurs associations dépendent de la complémentarité de leurs fonctions. L'enquête est immense, surtout si l'on tient compte, en plus des saints titulaires de l'édifice, de tous les autres saints regroupés et honorés par d, p.73