Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Dépistage des troubles du comportement alimentaire à l’aide du SCOFF-F chez 964 actifs et étudiants en Haute-Vienne

Résumé : Introduction et but de l’étude Les troubles du comportement alimentaire (TCA) dont l’anorexie mentale (AM), la boulimie nerveuse (BN), l’hyperphagie boulimique (HB) et l’hyperphagie nocturne (HN) sont de pathologies psychiatriques sévères. Le dépistage des TCA peut se faire à l’aide du SCOFF-F. L’objectif de notre travail était : – de dépister les TCA à l’aide du SCOFF-F chez des étudiants et travailleurs actifs de la Haute-Vienne ; – de rechercher les facteurs associés à un SCOFF-F positif. Matériel et méthodes Cette étude prospective a été menée pendant 5 mois dans 6 services de médecine du travail et un service de médecine universitaire. À l’aide d’un auto-questionnaire anonyme, des données déclaratives concernant l’âge, l’IMC, la présence de TCA, les activités physiques ont été recueillies. Le SCOFF-F était aussi réalisé (positif si 2 réponses positives sur 5). L’analyse statistique comprenait les tests t de Student, du Chi2 et la régression logistique. Résultats et analyse statistique Au total, 964 personnes d’un âge moyen de 34,3 ± 12,6 ans ont été inclus. L’IMC moyen était de 24,4 ± 4,6 kg/m2, avec 4,7 % de dénutris et 12,2 % d’obèses. À noter que 26,7 % étaient étudiants. Les personnes déclaraient avoir une AM, une BN, une HB et une HN dans 2,5 %, 4,0 %, 3,6 %, et 2,8 % des cas respectivement. Le SCOFF-F était positif dans 13,7 % des cas, et de façon plus importante chez les étudiants (46,9 % vs 23,6 %, p < 0,0001). En analyse multivariée, un âge plus faible, les femmes, un IMC plus haut, une activité sportive à haut niveau, la qualité de vie altérée par les troubles et les TCA déclarés étaient positivement associées à un SCOFF-F positif (OR = 1,03, p = 0,01 ; OR = 2,17, p = 0,009 ; OR = 1,09, p = 0,002 ; OR = 3,00, p = 0,002 ; OR = 5,3, p < 0,0001 et OR = 4,20, p < 0,0001 respectivement). Pour les TCA déclarés, un SCOFF-F positif était plus spécifiquement associé à la BN et l’HN (OR = 4,6, p = 0,001 et OR = 5,64, p = 0,002 respectivement). Conclusion Notre étude fournit les premières données sur le dépistage des TCA chez des adultes en Haute-Vienne. Le SCOFF-F a dépisté près de 14 % de TCA, ce qui est cohérent avec la littérature. Dans notre population, il semble plus spécifiquement positif en cas de BN et d’HN déclarées. Même si nous n’avons pas retrouvé d’association en fonction du statut socioprofessionnel, les étudiants restent une population à risque qu’il est facile de dépister en médecine universitaire à l’aide du SCOFF-F.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-unilim.archives-ouvertes.fr/hal-02361864
Contributeur : Elisabeth Grelier <>
Soumis le : mercredi 13 novembre 2019 - 15:55:54
Dernière modification le : dimanche 25 octobre 2020 - 07:06:13

Identifiants

Collections

Citation

Manon Arnal, Philippe Fayemendy, B. Morin, M. Perrier, M. Gravelat, et al.. Dépistage des troubles du comportement alimentaire à l’aide du SCOFF-F chez 964 actifs et étudiants en Haute-Vienne. Nutrition Clinique et Métabolisme, Elsevier Masson, 2019, 33 (1), pp.15-16. ⟨10.1016/j.nupar.2019.01.243⟩. ⟨hal-02361864⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

66