Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Communication dans un congrès

« Extension du domaine de la littérature : quelques propositions pour repenser la formation « littéraire » à l’Université inspirées de quelques recherches récentes en LPCM. »

Résumé : Extension du domaine de la littérature : cela sonne comme extension du domaine de la lutte, et par delà l'homologie humoristique, c'est bien de lutte qu'il s'agira peut être ici. Lutte pour secouer quelques routines tenaces des universitaires ès Lettres, fils et filles des Humanités classiques et canoniques, gate keeepers de la Littérature à majuscule et de la littérarité, hypocrites collègues, mes semblables, mes frères. Lutte aussi bien sûr, du même mouvement regardant vers le futur, pour que les enseignants de lettres soient formés aux lettres modernes, et pas seulement en termes d'affichage institutionnel mais sur le plan des pratiques pédagogiques : l'avenir des lettres, en tant que discipline universitaire et scolaire, passe en effet, de mon point de vue, par la pleine prise en compte de ce que dans la Belle province de Québec depuis une dizaine d'années on théorise et tente de faire grandir sous le nom de « littératie médiatique mutimodale ». A l'heure où nous accueillons à l'université des digital natives et où les professeurs des écoles, des collèges et des lycées-nos disciples, dont nous avons modélisé la boîte à outil méthodologique et les créances symboliques-accueillent d'encore plus juvéniles lecteurs-spectateurs-consommateurs de notre culture médiatique, il pourrait être plus que temps de repenser collégialement nos corpus et nos visées, plutôt que de cultiver, comme je le vois grandir depuis quelques années chez nombre de collègues enseignants-chercheurs, le syndrome du dernier des mohicans littéraires, variante au demeurant édulcorée de la « théorie critique » d'Adorno et d'Horkheimer puisque vidée de sa radicalité politique. C'est donc en chercheur scrutant au long cours les fictions de grande consommation mais aussi en enseignant de Licence et de Master que je m'exprimerai ici, mes préoccupations de directeur de l'Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education de l'Académie de Limoges traversant aussi mon propos. Je soulignerai ainsi dans un premier temps que certaines expériences de recherche vécues depuis dix ans m'inclinent à préconiser un changement de focale en termes d'objets à étudier et de contenus à promouvoir et transmettre. Et du même coup je me risquerai dans un second temps à creuser ce sillon en formulant quelques préconisations en matière de formation aux lettres rénovées et par les lettres renovées. 1) Mutations du domaine des Lettres : changer de focale. 1-1 EPOP et quelqu'uns de ses enseignements : quelques linéaments d'une nouvelle histoire littéraire de notre modernité médiatique En réponse à un appel d'offres du Culture Office européen plusieurs équipes, dont celles de Limoges, ont été amenées à scruter de manière inédite les fictions populaires dans une
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [6 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-unilim.archives-ouvertes.fr/hal-02437730
Contributeur : Jacques Migozzi <>
Soumis le : vendredi 22 mai 2020 - 12:21:16
Dernière modification le : mardi 26 mai 2020 - 03:46:11

Fichier

Extension du domaine de la lit...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-02437730, version 1

Collections

Citation

Jacques Migozzi. « Extension du domaine de la littérature : quelques propositions pour repenser la formation « littéraire » à l’Université inspirées de quelques recherches récentes en LPCM. ». Colloque de la SELF 2017 : "Extension du domaine des lettres", SELF XX-XXI, Sep 2017, Aix en Provence., France. ⟨hal-02437730⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

15

Téléchargements de fichiers

10