Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Chapitre d'ouvrage

Le lecteur « populaire » au miroir déformant du regard « savant » : 50 ans de recherches littéraires sur les fictions de grande consommation, entre constantes et mutations

Résumé : « Peuple et populaire étant des outils politiques, on fabrique, avec eux et par eux, de la politique, de la science et de la conscience politiques ; en effet ce sont des termes qui mobilisent, qui secrètent de la mobilisation et qu'on ne peut employer innocemment.» (Bollème, 1986 : 28). Geneviève Bollème pointait déjà voici plus de 25 ans dans son ouvrage Le Peuple par écrit le surinvestissement idéologique des notions vertigineusement polysémiques de « peuple » et de « populaire ». Peut-être plus que d'autres catégories de chercheurs, les universitaires spécialistes de littératures, dès lors qu'ils se sont attachés-et pour les générations de pionniers assez témérairement-à étudier les fictions de grande consommation, ont dû se colleter avec cette terminologie saturée axiologiquement et les discriminations sociales, esthétiques et institutionnelles qu’elle reflétait et induisait tout à la fois. Fils et filles par excellence des Humanités classiques, ils étaient en effet à ce titre missionnés pour garder le temple des Belles Lettres, en perpétuant les hiérarchies symboliques du canon culturel au sein d’une instance de conservation de la « valeur littéraire », qui refoulait et occultait les « mauvais genres ». Or le parti même de s’intéresser à des corpus discriminés comme « paralittéraires » les a conduits à questionner progressivement les créances, construites par le champ littéraire et perpétuées par des logiques de champ universitaire (Migozzi, 2000) sur lesquelles se fondaient leur jugement de clercs. Chemin faisant, c’est la construction même d’une figure de lecteur « populaire » par le regard savant dont les présupposés ont été débusqués et contestés ; à dire vrai la notion même de « lecteur populaire », identifiable socialement et phénoménologiquement dans son habitus et ses pratiques, semblerait aujourd’hui se diluer, au profit d’une réévaluation des usages lectoraux du grand public, éclectiques et complexes. C’est cette mutation épistémologique que je me propose de mettre ici en perspective. Pour ce faire, il conviendra tout d’abord de rappeler que depuis la querelle fondatrice du roman-feuilleton, qui fait rage dès les années 1840 avec l’émergence des premières industries culturelles de l’imprimé, le roman populaire et son lecteur, présumé aliéné, ont été durablement stigmatisés par les élites intellectuelles : opium du peuple, la lecture de plaisir fondée sur le divertissement fictionnel a été longtemps soupçonnée de mystifier ses consommateurs naïfs. On comprendra mieux dès lors pourquoi les premières recherches sur les « paralittératures » resteront – à leur corps défendant pour l’essentiel– souvent marquées jusqu’aux début des années 1990 par ce paradigme de la domination et ce point de vue canonique et dépréciatif.  Depuis une vingtaine d’années, les recherches pluridisciplinaires sur les fictions de grande consommation marquent en revanche une évolution radicale du regard savant sur les récits omnibus d’hier et a fortiori d’aujourd’hui, même si les attendus critiques et « apocalyptiques » hérités de l’École de Francfort restent toujours vivaces, comme en témoigne le succès de certaines diatribes récentes contre le storytelling. ( Salmon, 2007 )
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [37 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-unilim.archives-ouvertes.fr/hal-02437750
Contributeur : Jacques Migozzi <>
Soumis le : vendredi 22 mai 2020 - 12:32:48
Dernière modification le : mardi 26 mai 2020 - 03:46:12

Fichier

Jacques Migozzi Etre peuple 20...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-02437750, version 1

Collections

Citation

Jacques Migozzi. Le lecteur « populaire » au miroir déformant du regard « savant » : 50 ans de recherches littéraires sur les fictions de grande consommation, entre constantes et mutations. Jamil Dakhlia, Delphine Le Nozach, Céline Ségur. A la recherche des publics populaires. 2 Etre peuple, 33, Presses Universitaires de Lorraine, 2016, Questions de communication, série Actes. ⟨hal-02437750⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

18

Téléchargements de fichiers

12