Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Autre publication

Coronavirus : "les enfants, vecteurs de transmissions"

Résumé : Directeur de l’unité Inserm de neuro-épidémiologie tropicale, Pierre-Marie Preux livre un avis éclairé en tant qu’épidémiologiste, sur la décision d’Emmanuel Macron de fermer les écoles et de maintenir les élections municipales. Comment expliquer cette décision de fermer les établissements scolaires ? « Les enfants peuvent être porteurs du virus et donc se le transmettre entre eux mais aussi à leurs parents, aux enseignants et aux personnels scolaires. » Ils peuvent aussi être malades ? « En fait, tout en étant porteurs, ils sont très peu à développer la maladie, mais ils sont un grand vecteur de transmission. » Cette fermeture vous semble-t-elle logique ? « C’est compliqué de dire aux enfants, il faut tousser dans votre coude, faites attention en éternuant, lavez-vous les mains toutes les heures. La raison me paraît tout à fait valable et c’est une mesure efficace pour éviter la propagation de la maladie. » « Tous les regroupements devraient être interdits » Y a-t-il une limite à la fermeture des établissements scolaires ? « Le problème, c’est surtout qu’il faudra que les enfants ne se regroupent pas ensuite s’ils ne sont pas à l’école et puis, l’autre souci, ce sont les enfants des personnels soignants. Il faudra à un moment les aider à garder leurs enfants parce que sinon ça finira par poser un problème aussi dans les hôpitaux. » Où en est la France au niveau de l’épidémie de Covid-19 ? « La France suit la courbe épidémique de l’Italie, mais avec neuf jours de retard. Les Italiens ont fini par prendre des mesures radicales. » La France a-t-elle trop tardé à prendre des décisions importantes ? « En fait, tous les regroupements devraient être interdits. À la faculté, on a annulé une remise de diplôme alors qu’on aurait été loin d’être 1.000 et même moins de 500. » « Tenir une élection, notamment un second tour, au moment où l’épidémie aura progressé, ça ne me paraît pas très raisonnable. » Le seuil de 1.000 personnes vous semble-t-il trop élevé ? « D'autres pays sont passés à 500 personnes. Pour moi, c’est juste une mesure de bon sens. » Et pour les élections ? Que pensez-vous du non-report ? « Vous voulez mon avis profond ? Je trouve ça illogique. J’aurais eu tendance à les reporter. L’idée, c’est de freiner la circulation du virus et tout ce qui permet de le faire est une bonne mesure. Le fait qu’on ferme les écoles plus tôt que l’Italie va dans le bon sens. Mais tenir une élection, notamment un second tour, au moment où l’épidémie aura progressé, ça ne me paraît pas très raisonnable, malgré les précautions annoncées. Je ne sais pas ce qu’ont dit les scientifiques que le Président a rencontré, ni les hommes politiques, mais tout ça ne me paraît pas très logique. »
Type de document :
Autre publication
Liste complète des métadonnées

https://hal-unilim.archives-ouvertes.fr/hal-02507555
Contributeur : Elisabeth Grelier <>
Soumis le : vendredi 13 mars 2020 - 12:16:06
Dernière modification le : mardi 2 juin 2020 - 16:34:37

Identifiants

  • HAL Id : hal-02507555, version 1

Collections

Citation

Pierre-Marie Preux. Coronavirus : "les enfants, vecteurs de transmissions". 2020, pp.3. ⟨hal-02507555⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

616